Vers Bogota du 10 au 25/01/18

trajet
trajet

Frontière et Sanctuaire de Las Lajas - Narino - 2 882 m - Le 10/01/18

Nous commençons la matinée en discutant avec un groupe de policiers équatoriens très sympas. Puis, c’est la frontière ! Nous y arrivons à 8h10. En premier, il faut sortir du pays… mais dans qu’elle file d’attente ? Bien entendu, nous avions pris la mauvaise, c’était celle des vénézuéliens.

Bon, ça c’est fait. Ensuite c’est au tour du véhicule, ça va assez vite, puis, nous allons prendre notre SOAT dans un petit bureau en bord de route. Maintenant, il faut entrée en Colombie et vu le monde, c’est pas gagné. A force d’attendre sans bouger, je vais demander à un autochtone si nous sommes dans la bonne file… Il me dit que oui, mais que si l’on veut aller plus vite, c’est 10 dollars. Je lui ricane au nez.

Nous patientons toujours, quand une charmante femme derrière nous me signale que les personnes d’un certain âge peuvent passer en priorité. Nous voici parti pour avoir une confirmation. C’est vrai, les retraités, les femmes enceintes, les femmes avec des enfants en bas âge et les personnes malades ont une file bien cachée sur le côté. Le policier me dit que c’est bon pour Francis, mais que je suis trop jeune. C’est sympa, mais cela ne me convient pas, du coup, je l’informe que je suis la béquille de Francis. Il sourit et nous laisse passer. 

C’est moins long, mais comme ils font passer en priorité les femmes avec des enfants en bas âge et la famille qui va avec, nous ne sommes pas sûrs d’avoir gagné beaucoup de temps. Bon, maintenant c’est au tour du véhicule. Après avoir joué le rôle de la balle de ping pong entre les bureaux. Nous trouvons notre interlocuteur, sympa, qui nous envoie faire les photocopies de la carte grise, du permis international, du passeport et du tampon d’entrée. Nous retournons et là c’est tout bon. Jusqu’au moment ou l’on nous dit d’emmener le véhicule devant la douane, là ou il n’y a pas de place pour se garer. Un policier vient prendre l’empreinte du numéro de châssis de Ch’uru. Une petite signature et hop nous partons. 4 heures pour le tout ! Et encore, il n’y a pas de contrôle sanitaire !

Colombie

Ensuite, nous allons sur le site du sanctuaire de la vierge de Las Lajas. Une basilique de style néogothique. Avec un pont de pierre au dessus de la gorge. La première chapelle datait de 1803. La basilique fut construite entre 1926 et 1934. C’est magnifique, le site est grandiose. Nous y passons un très bon moment.Nous retournons dans nos oeufs à notre bivouac. Un peu de wifi gratuite nous permet de prendre des nouvelles et de mettre quelques photos sur Facebook.

Colombie

Laguna La Cocha - Narino - 2 832 m - Le 11/01/18

Nous reprenons la Panaméricaine qui traverse des paysages grandioses. Ça monte à 3000 m, puis redescend à 2600 m pour repartir à 3000m. Le temps est gris, mais ne suffit pas à ternir la beauté de ceux-ci.

Colombie

Nous faisons une halte dans la ville de Pasto. Impossible de se garer, une vrai galère. Francis reste au volant en double fille pendant que j’essaie de retirer de l’argent (une filiale de ScotiaBank ne veut toujours pas de nos cartes, pourtant il parait qu’elle fait toutes les cartes bleues !). J’ai plus de chance avec la banque voisine. Nous avons la surprise de constater que nous avons fait un don (sur chaque carte) pour la maladie cardiaque infantile. J’ai du rater un épisode. Nous sortons assez rapidement de ce foutoir, tant pis pour le musée. Nous prenons la direction de la laguna La Cocha. La route passe au travers d’une forêt humide d’altitude. Le site de la laguna est superbe.

Colombie

Nous filons tout au bout du chemin et nous garons au bord du chenal. Une sympathique promenade dans le village permet à Francis d’effectuer un nombre incalculable de photos. Je lui ai laissé l’appareil. Nous achetons un très bon fromage blanc, certes sucré mais vraiment excellent. Nous sommes en saison de vacances scolaires et il y a beaucoup de monde. Nous n’effectuons pas la traversée vers l’île car cela nous parait très cher et le temps gris ne nous inspire pas.

Colombie

Avant El Estrecho - Cauca - 640 m - Les 12, 13 & 14/01/18

Départ sous la pluie. Si nous avions hésité à prendre le route de la mort qui relie la Laguna à Moscoa, le choix est vite fait. On nous a fortement déconseillé de la prendre par temps de pluie. C’est donc retour vers Pasto. Du brouillard nous enveloppe à 3000 m. Très belle route jusqu’à ce que l’on change de département. Paysages superbes. Nous sommes dans une contrée où les descendants des anciens esclaves ont fait souche.

Colombie

Nous stoppons chez Eduardo, extrèmement sympathique, (Lat. 1:56.66700 ; Lon. -77:8.18619 - La cuve de Uribe) qui accueille les voyageurs sur une belle esplanade avec vue sur le rio Guachicono.

Un bruit suspect au niveau des freins (et avec les montagnes russes du pays, on se méfie) nous intrigue, nous passerons le week end ici.

Colombie

Popayan - Cauca - 1 500 m - Le 15/01/18

Nous partons tranquillement vers Popayan par une belle route. Les montées et descentes se succèdent. Coincés derrière les camions, notre moyenne est de 20 km/h en montée, pas mieux en descente car on économise les freins.

Colombie

Nous atteignons le quartiers des garagistes vers 12H00. Nous sommes pris rapidement en compte. Il faut changer les plaquettes. Pendant que Francis surveille la manoeuvre, je papote avec les propriétaires de la boutiques où nous avons acheter les plaquettes. Nous repartirons avec un paquet de café colombien offert.

Colombie

Après avoir tourné en rond dans la ville, contourné les travaux, cherché un parquadero assez haut pour Ch’uru, se dépatouiller pour circuler au milieu des embouteillages et des rues étroites, nous quittons la ville pour dormir sur un parking de restaurant. Quelle galère !

San Augustin - Huila - 1 750 m - Les 16, 17 & 18/01/18

Départ sous le soleil ! Nous atteindrons 3200 m, puis au travers du parc Pucaré, ce sera 3000 m. Après le petit village du même nom où l’on fait carburant et ravitaillement. Nous attaquons la piste… Et quelle piste ! Boue, trous, pierres. Pas toujours très large, on y croise des camions de bestiaux, des semi…

Colombie

Très petite moyenne. Bien entendue la pluie et le brouillard s’y mettrons. Impossible de s’arrêter pour grignoter. Mais la végétation, les fleurs et les paysages sont superbes.

Colombie

A la sortie du parc, de l’asphalte ! Yes, pour 3 kms… Grrr. Nous avons encore droit à un chemin coincé entre des maisons pendant 10 kms. Enfin, nous atteignons le parc de San Augustin. Autorisation de dormir sur place. Les visites c’est pour demain.

Colombie

Hier, à notre arrivée, nous avions été accosté par Enrique qui nous proposait de nous véhiculer pour visiter les sites autour de San Augustin. Vu l’état des "routes", nous avons accepté. Nous partons donc voir 5 sites.

Colombie

Nous avons bien fait car nous n’aurions pu emprunter ou, avec beaucoup de stress, les chemins pour y arriver.

"Il y a plus de 3 000 ans, deux peuples vivaient dans les vallées voisines du Río Magdalena et du Cauca, séparées par d’infranchissables sommets. C’est par ici, près de San Agustín, que ces deux peuplades se retrouvaient pour commercer, rendre un culte à leurs dieux et enterrer leurs morts.
Dans de la roche volcanique, des sculpteurs façonnèrent de monumentales statues. On en dénombre aujourd’hui plus de 500, dispersées dans les collines verdoyantes autour de San Agustín. La plus grande dépasse 7 m de haut. Beaucoup arborent des formes anthropomorphes,
certaines réalistes, d’autres ont des airs de monstres masqués. Certaines représentent des animaux sacrés tels l’aigle, le jaguar ou la grenouille. Les archéologues ont également mis au jour de nombreuses céramiques, mais très peu d’orfèvrerie.
On n’en sait guère plus sur les cultures de San Agustín, qui ne possédaient pas d’écriture et disparurent bien des siècles avant
l’arrivée des Européens. Elles n’en ont pas moins laissé un patrimoine archéologique parmi les plus précieux du continent, des sculptures caractéristiques de l’art funéraire de la région et datant de 900 à 1 000 ans après J.C."

El Tablon :

Colombie

La Chaquira est à voir, pour ses divinités sculptées à même la montagne, au-dessus de magnifiques gorges du Río Magdalena.

Colombie

San Augustin est situé dans une zone caféière et de culture de canne à sucre, Les collines sont toutes exploitées malgré des pentes abruptes.

Colombie

El estrecho, c’est l’endroit ou le fleuve Magdalena qui traverse toute la Colombie est le plus étroit: 2,2 mètres.
Magnifiques paysages pour y accéder. J’y achèterai des "Lulos".

Colombie
Colombie

Obando : Petit village dont le centre est un ancien cimetière. Les tombes étaient creusées dans la glaise. Petit musée qui explique entre autre la relation cosmologique du site de San Augustin.

Colombie

En repartant, nous stoppons auprès une fabrique de panela. On utilise le jus de canne à sucre que l’on fait chauffer. Ensuite sont constitués des blocs de sucre. On râpe ces blocs que l’on achète. C’est bien meilleur que notre sucre de canne. Bien entendu, la fabrique ne sera en production que le lendemain… On visite quand même.

Colombie

Ce sera ensuite le site de La Pelota. De magnifiques statues ont conservées les coloris d’origine. Que dire du chemin pour y aller ?

Colombie
Colombie

L’après midi est consacrée au site archéologique de San Augustin. Plusieurs lieux de tombes avec des statues sont à visiter. Un bosquet regroupe plusieurs statues trouvées dans les environs.

Colombie

Le musée donne la signification des différents dessins, et un aperçu de la symbolique qui s’y réfère.

Colombie

Nous passons à la meseta A.

Colombie

Le parc est mis en valeur, sentiers, arbres, pelouse tout est nickel.

Colombie

Meseta C

Colombie

Fuente de Lavapatas : Creusé à même le lit du cours d’eau, ce réseau complexe de rigoles et de petits bassins en terrasses est gravé de serpents, de lézards et de représentations humaines. Les archéologues estiment que ces bains servaient à des ablutions rituelles et au culte de divinités aquatiques. Les gravures commence à disparaitre, il est difficile de repérer les serpents, notamment.

Colombie

l’Alto de Lavapatas : le plus ancien site de San Agustín.

Colombie

Meseta B : Il y a notamment, une statue représente une dualité. La femme qui enfante et le médecin, chaman (?) qui accueil l’enfant.

Colombie