Vers la colombie - Equateur du 07/12/2017 au 07/01/2018

trajet
trajet

Puerto Bolivar - El oro - le 07/12/17

Nous partons de chez Melba et Jacques après 19 jours de paradis. Vince et Marc nous ont précédés. La route n’est pas en super état. Nous arrivons à la frontière de bonne heure. Nous commençons par ne pas voir où l’on doit laisser le véhicule. Un policier gesticule pour attirer notre attention. Francis doit faire demi-tour. Ensuite, nous allons à la deuxième porte derrière le bâtiment pour faire la sortie du territoire péruvien. On a l’impression que tout est fermé. Après un tour pour rien, un chauffeur de camion à eu la bonne idée de laisser la porte ouverte, ça aide… Bien, le véhicule est bien sorti. Nous allons à pied à l’autre bout du complexe. Là ou Francis s’était garé. C’est notre tour de sortir et d’entrer. C’est rapide. Bon, reste à faire l’entrée du véhicule en Equateur. Nous repartons à notre point de départ. Nous attendons que la charmante douanière qui nous avait bien indiqué toute la procédure finisse l’importation temporaire de Ch’uru. Elle vérifie et s’aperçoit que les dernières lettres de notre plaque ne sont pas inscrites. Ça peut coûter cher ! Pas de fouille sanitaire, et l’assurance n’est pas obligatoire. Pour la prendre de toute façon, il faut aller à Machala.

Perou 1

Nous traversons une bananeraie immense, ils ont juste fait une route au milieu. Les régimes de bananes sont pré-emballés. Pour les insectes ou pour mieux les récolter ? Beaucoup d’eau, ça nous change du Pérou. Il ne pleut pas, mais pas de grand soleil non plus. Nous arrivons à l’entrée de Machala. Super marché pour retirer de l’argent et faire les derniers achats pour les Galapagos. Contrairement à nos appréhensions, même si les prix ne sont pas donnés, il n’y a pas de grosse différence avec les supermarchés du Pérou, si l’on fait attention. Nous pourrions dormir sur place, mais nous préférons aller à Puerto Bolivar. Pas super top, nous restons pour la nuit face au commissariat. Un tour sur la jetée. Il fait très chaud.

Trajet

Guayaquil - Guayas - le 08/12/17

Nous arrivons à Guayaquil assez rapidement. Ayant le point gps de l’hôtel Monte Carlo, nous stationnons à proximité. Reste à trouver le gardiennage qu’avait PatéVéro. A peine garé, nous sommes accoster par un jeune vénézuélien qui nous indique un lieu sécurisé à proximité. En effet, le site que nos amis avaient utilisé parait abandonné. Nous tombons en accord avec le propriétaire d’une station de lavage. 5 dollars par jour, c’est bien mieux que les 14,5 dollars de l’aéroport. D’autant que le site est fermé et qu’il y a un gardien la nuit. Nous allons acheter nos billets à la Latam. Je réclame la réduction pour Francis car il est retraité. Ça marche ! Billet à moitié prix. Cool ! Du coup nous faisons une belle économie. Bien meilleur que par internet, car le truc du retraité n’apparait pas ! Nous voulons repartir de l’île de Cristobal et il n’y a pas d’avion tout les jours. Ça nous recule d’une journée et comme nous sommes en avance d’un jour sur le planning, ça sera 14 jours au Galapagos !

Galapagos

Les galapagos - equateur - du 09/12 au 23/12/2017

Les îles Galápagos sont un archipel de l'Équateur situé dans l'Est de l'océan Pacifique, à la latitude de l'équateur. L'île Isabela, la plus vaste, se trouve à quelque 1 102 km des côtes équatoriennes. Une distance de 929 km sépare le continent de la plus orientale des îles, San Cristóbal. Sur les 48 îles et îlots, 19 sont des îles, dont 3 rassemblent la population (25 000 h), Santa Cruz (la plus peuplée), Isabela (La plus sauvage) et San Cristobal (Puerto Baquerizo Moreno est la capitale). Découvertes en 1535, elles furent pendant longtemps un refuge pour pirates et une étape pour le ravitaillement en viande fraîche. En 1930, il n'y avait que quelques colons et des colonies pénitentiaires qui furent fermées en 1959. L'Archipel devint un Parc National en 1959. Le dévelopement humain vint du tourisme de masse à partir de 1960.
Ces îles sont d'origine volcanique, avec des volcans toujours actifs dont le plus haut est sur l'île Isabela et culmine à 1 707 m. Des espèces de flores et d'animaux sont endémiques.

Nous avons créé une page spéciale pour ce voyage :

carte galapagos

Guayaquil - Guayas - Le 22/12/2017

Le comble du voyageur c’est lorsqu’il fait un temps superbe pour prendre l’avion alors que pendant les deux jours précédents il faisait gris…

Equateur 1

Le vol se passe super bien, nous sommes moins secoués qu’à l’aller. Lorsque nous survolons le continent, c’est tout gris…

Galapagos

Nous retrouvons Ch’uru dans la moiteur, le bruit et la pollution. Quelques courses, nous grignotons au kiosquo et rangeons avant de prendre la route le lendemain de bonne heure.

Equateur 1
Equateur 1

El Cerrito - Los Rios - Le 23/12/2017

Nous repartons au milieu des cocotiers, palmiers et bananiers. Puis nous voyons des arbustes qui nous semble être des cacaoyers. De belles gousses rouges y pendent. Nous n’avons pas d’infos sur le secteur, du coup, je jette un oeil sur iOverlander. Il y a un lieu nommé El Cerrito qui parait pas mal, rio, herbe… Nous y allons.

Equateur 1

Les habitants sont extrêmement charmants. Ils nous donnent des bananes et nous font goûter le Guava c’est un fruit avec une pulpe semblable à du coton (la partie que l’on mange) et de grosses graines noires (la partie que l’on crache…). Nous demandons si l’on peut manger, nous aurons un plat typique à base de poisson du rio, banane plantain rapée… cuit dans des feuilles de filao. La cuisine est dès plus rustique et les poules viennent picorer dans les gamelles. Plus typique y’a pas ! Ha ! aussi, on se fait manger par des insectes…

Equateur 1
Equateur 1

Pilalo - Cotopaxi - Le 24/12/2017

Temps gris et pluvieux. Nous disons au revoir à tout le monde et nous partons en direction de la lagune de Quilotoa. Nous empruntons une route qui grimpe, qui grimpe… Nous passons de 100 m d’altitude à 2 400 m en quelques kms. Il pleut pas mal. La végétation est luxuriante. Nous achetons au passage des bananes, des plantains, des mures… A chaque fois nous en prenons pour 1 dollar. 4 kg de bananes pour cette somme… Et à chaque fois un petit mot gentil, un cadeau.

Equateur 1

Nous arrivons au petit village de Pilalo. Sur la place où nous pensions bivouaquer, une estrade se monte… Nous fuyons vers l’église en manquant d’arracher le fil de la sono. La route plongeant en fin de village, je décide d’aller voir à pied si nous pourrons disposer d’un endroit plat. A mon retour au camion, je trouve Francis discutant et se faisant offrir un verre d’alcool de raisin. J’y coupe pas et doit en boire aussi… Gentiment, les riverains nous proposent de dormir à proximité de chez eux, mais vu le volume de la musique, je décline l’invitation et nous filons un peu plus loin au calme. Il pleut toujours, mais je dois préparer notre repas de réveillon : Toast d’oeufs de lump, foie gras de canard, cuisses de canard confites avec de petites pommes de terres et galettes "pain d’épices" accompagnés de Mistela et de vin rouge "patero" d’Argentine. 

Equateur 1

Laguna Quilotoa - Cotopaxi - Le 25/12/2017

Au réveil nous distinguons quelques coins de ciel bleu. La route monte, monte encore, la brume refait son apparition.

Equateur 1

Nous grimpons jusqu’à 3800 m et le soleil nous fait un clin d’oeil. Des enfants essaient de nous arrêter avec une ficelle pour avoir de l’argent. Francis en pleine montée ne s’arrête pas. Ils baissent la ficelle dès qu’ils s’aperçoivent que l’on ne cédera pas. Les flans des montagnes sont tous cultivés, un beau patchwork. Des cabanes en pailles (choza, hutte traditionnelle) parsèment le paysage.

Equateur 1

Nous atteignons le petit village de Quilotoa. Il ressemble plus à un ensemble de boutiques et de petits restaurants, mais conserve un côté sympa. La brume est de nouveau là. Nous sommes parqués sur une place pavée. Un tour dans les boutiques, poncho en alpaga pour moi et Francis s’achète un Borsalino. Je craque aussi sur les peintures naïves. Tableaux et articles en bois, dont des masques très colorés. Nous allons aussi voir cette fameuse lagune dans un cratère très escarpé. On aime. Nous sommes à 3900 m et nous avons le souffle court. Serait-on monté trop vite ? Du coup, pas question d’aller au fond et de se taper la montée ensuite.

Equateur 1

Renseignement pris, le matin est plus propice pour avoir du soleil. Nous allons dormir sur place. Nuit un peu difficile pour Francis qui a du mal à respirer suite à un petit rhume. Heureusement que nous avons notre Pupusa en tisane, ça aide. Le lendemain, effectivement, nous avons du soleil. Enfin assez longtemps pour que nous puissions faire de nouvelles photos.

Equateur 1
Equateur 1

Parc Cotopaxi - Cotopaxi - Le 26/12/2017

Après notre séance photo, nous repartons en direction du Parc Cotopaxi, qui abrite le volcan du même nom. Volcan redevenu très actif depuis 2015 mais sans éruption. Très belle route de montagne, avec des champs cultivés sur la moindre pente. Nous avons toujours des nuages. Arrivé sur le parking à l’entrée du parc, la pluie nous rattrape. Je demande s’il est possible de dormir sur place, en espérant que le temps se lève le matin suivant…

Equateur 1

Otavalo - Imbabura - Les 27 & 28/12/2017

Pluie toute la nuit, idem le matin, plafond très bas… Nous partons vers Otavalo. Autoroute, nous contournons Quito et allons trouver un bivouac au bord du Lago San Pablo. Il pleut toujours, nous préférons rester sur le parking plutôt que de se mettre de la boue de partout. De toute façon, vu le temps, il n’y a pas grand monde.
Nous voulons aller visiter le marché d’Otavalo de bonne heure avant l’arrivée des touristes. Le matin au réveil, soleil ! Yes.

Equateur 1

Nous allons en ville en passant par la petite route pavée qui passe à proximité de la cascade. Vu la boue, on décide de ne pas revenir faire la visite. Nous trouvons le parking gardé à proximité du marché. Nous y sommes tellement de bonne heure que les marchandises sont souvent encore dans de gros sacs. C’est sympa, plein de couleur et pas aussi cher que je le craignais. Achat de hamacs, étole en alpaga et babioles diverses. Nous faisons la connaissance d’un créateur de bijoux en pierres et argent. Il fait du superbe travail. Il me montera un fossile en pendentif à notre prochain passage.

Equateur 1

Puis nous allons au mercado municipal. Promenade dans la ville qui nous plait bien. En plus, il y a plein de boutiques qui vendent des perles… Je ne trouve pas celle qui vent de l’ivoire végétal (Tagua), mais comme nous allons revenir… Le marché regorge de fruits et légumes, nous y achetons aussi de la viande. Retour au lac, la pluie nous rattrape.

Equateur 1
Equateur 1

Camping Summerwind - Lago Yaguarcocha - Imbabura - Du 29/12/17 au 02/01/18

Nous avons de la lessive à faire, le site à mettre à jour… Direction le camping. Très sympa, bien entretenu. Nous y faisons la connaisse de Bruno et Marianne en CC. Très sympa. Installation, popote. C’est parti pour quelques jours. Le passe pas malade temps à faire la cuisine, le stock de bananes est encore conséquent. Je me lance dans la confection de gâteaux. Le temps pluvieux est propice à un petit bourguignon, allons y !
Du coup, nous passerons le réveillon entre voyageurs, beaucoup d’allemand, quelques suisses allemands. Nous sommes en minorité ! Un barbecue et un feu de bois nous réchauffe. Il pleut encore. Nous avons gardé une bouteille de vin rouge du Pérou pour l’occasion.  

Uruguay 1